La vitamine D a le vent en poupe en ce moment.

Notamment car certains experts ont mis en avant la vitamine D dans le cadre du Covid-19.

Mais qu’en est-il vraiment ?

C’est ce que nous allons découvrir tout au long de cet article sur les bienfaits de la vitamine D.

Dans un premier temps, je vais vous expliquer ce qu’il y a savoir sur la vitamine D.

Dans un second temps, je vais vous donner les bienfaits de la vitamine D, notamment dans le cadre des régimes cétogènes.

Pour finir, je vais vous expliquer comment la consommer.

 

Pensez à partager l’article :

Le programme du jour :

  • La vitamine D.
  • Pour qui ?
  • Dans le cadre des régimes cétogènes.
  • Régulation du métabolisme.
  • Croissance des os.
  • Maintien de la masse musculaire.
  • Fonctionnement du système nerveux.
  • Maintien d’une coagulation normale.
  • Régulation des hormones.
  • Santé cardiovasculaire.
  • Activation du système immunitaire.
  • Les poissons.
  • Compléments alimentaires.
  • Le soleil.
  • Divers.
  • Résumé.
  • Aller plus loin.

Tout savoir sur la vitamine D.

La vitamine D.

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les lipides). C’est une hormone retrouvée dans l’alimentation et synthétisée dans l’organisme humain à partir d’un dérivé du cholestérol ou d’ergostérol sous l’action des rayonnements UVB du Soleil.

Elle existe sous deux formes : D2 (ergocalciférol), produite par les végétaux, et D3 (cholécalciférol), présente dans les produits d’origine animale. Ces deux molécules sont des 9,10-sécostéroïdes. Le corps humain synthétise aussi la vitamine D3 au niveau de la peau, sous l’effet des rayons ultraviolets.

La vitamine D intervient dans l’absorption du calcium et du phosphore par les intestins, ainsi que dans leur réabsorption par les reins, sous l’influence de la PTH. Ses effets sont contrebalancés par la calcitonine. Elle intervient dans la minéralisation osseuse du squelette et des articulations, ainsi que sur la tonicité musculaire.

D’autre part, elle influence plus de 200 gènes et aurait une action de réparation de l’ADN.

Envie d’aller plus loin ?

Recevez gratuitement par e-mail votre guide : 11 étapes pour mettre en place les régimes cétogènes au sein d’un couple ou d’une famille.

A qui s’adressent t-ils ?

Une quantité suffisante de vitamine D est particulièrement nécessaire durant la petite enfance afin d’éviter le rachitisme. Une quantité suffisante est également nécessaire chez l’adulte afin d’éviter l’ostéomalacie. Elle diminue le risque d’ostéoporose.

Pour finir, la vitamine D joue un rôle dans le système immunitaire, ce qui fait d’elle un allié potentiel pour le covid-19.

D’ailleurs, voici un article sur la vitamine D et le covid-19 pour aller plus loin.

Dans le cadre des régimes cétogènes.

La vitamine D peut être intéressante dans le cadre des régimes cétogènes à visée médicale.

En effet, elle pourrait avoir un effet bénéfique dans plusieurs maladies comme le diabète, certains cancers, la sclérose en plaques et l’épilepsie.

Les bienfaits de la vitamine D dans le cadre des régimes cétogènes ( ou non d’ailleurs ).

Régulation du métabolisme.

La vitamine D apporte de nombreux bienfaits à l’organisme.

Sa mission principale est de permettre l’augmentation des taux de calcium et de phosphore dans le sang.

Afin de parvenir à ce résultat, la vitamine D agit sur les parathyroïdes et la production de parathormone. Favorisant ainsi l’absorption intestinale du calcium et du phosphore, tout en limitant leur élimination par les reins.

Croissance des os.

Au travers de son rôle en faveur du métabolisme phosphocalcique, la vitamine D contribue à la croissance et à la minéralisation des os, des cartilages mais également des dents.

Notons que la carence sévère en vitamine D est susceptible d’entraîner le rachitisme chez les enfants. C’est pourquoi les médecins prescrivent systématiquement cette vitamine aux nouveau-nés, qu’ils consomment du lait maternisé ou qu’ils soient allaités. Chez l’adulte carencé, l’ostéomalacie peut survenir. Cette pathologie induit une décalcification osseuse.

Pour finir, une prise de supplément en vitamine D peut être utile dans le cadre l’ostéoporose. ( A titre préventif notamment ).

Maintien de la masse musculaire.

La vitamine D exerce divers bienfaits sur la sphère musculaire. En effet, elle joue un rôle en faveur de la production et de la croissance des myocytes. Une étude compilant les résultats de plusieurs recherches explique que la supplémentation en vitamine D permet d’accroître la force musculaire, particulièrement chez les sujets carencés.

Mentionnons que les personnes ayant un taux sérique élevé de vitamine D seraient moins sujettes aux blessures et auraient de meilleures performances sportives.

Fonctionnement du système nerveux.

En maintenant l’équilibre phosphocalcique, la vitamine D contribue au fonctionnement normal du système nerveux.

Une revue scientifique publiée récemment déclare que la vitamine D joue un rôle dans l’activité cérébrale, à tout âge, y compris lors du développement embryonnaire. En effet, elle participe à la bonne transmission de l’influx nerveux, à l’origine du comportement locomoteur ou émotionnel.

L’équipe de chercheurs poursuit en expliquant que bien souvent, un déficit en vitamine D s’observe chez les personnes atteintes de pathologies neurologiques, à l’instar de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, de la sclérose en plaques, de la schizophrénie ou encore des troubles du spectre autistique.

Toutefois, les scientifiques signalent que la fonction potentielle de la vitamine D dans le cadre de ces troubles neurologiques n’est pas clairement déterminée

Maintien d’une coagulation normale.

Grâce à son action régulatrice sur la calcémie, elle permet une coagulation normale au sein de l’organisme. En effet, certains chercheurs ont remarqué qu’un taux de vitamine D insuffisant pouvait être relié à la survenue d’épisodes de thrombose veineuse ou artérielle.

Régulation des hormones.

Selon une étude de l’ANSES, l’un des bienfaits de la vitamine D est de participer à la régulation hormonale, notamment en ce qui concerne les hormones hypophysaires et l’insuline.

En effet, la recherche a pointé du doigt le lien existant entre un déficit de vitamine D dans l’organisme et la résistance à l’insuline. Une revue scientifique récente annonce qu’un apport suffisant en vitamine D est susceptible de réduire l’apparition de problématiques liées à l’insulino-résistance, à l’instar de l’inflammation et du stress oxydatif.

Santé cardiovasculaire.

La vitamine D jouerait un rôle sur la sphère cardiovasculaire.

Certains chercheurs formulent l’hypothèse qu’un faible taux de vitamine D serait associé à un risque majoré d’apparition de maladies cardiovasculaires : hypertension, ischémie, insuffisance cardiaque, accident vasculaire cérébral (AVC), diabète de type II…

Néanmoins, ils s’accordent à dire que la recherche doit se poursuivre afin de pouvoir se positionner précisément sur ce point.

Activation du système immunitaire.

Les récepteurs de la vitamine D se retrouvent aussi sur les cellules immunitaires, à savoir les lymphocytes T ou B et les monocytes. Une revue scientifique aurait ainsi relevé divers bienfaits de la vitamine D sur le système immunitaire, y compris dans le cadre de pathologies auto-immunes, comme le diabète de type I.

En outre, plusieurs essais cliniques ont mis en avant la capacité de la vitamine D à stimuler le système immunitaire. En plus de stimuler les défenses immunitaires, elle favorise le maintien de la santé mentale et participe à la lutte contre la dépression et les états de fatigue.

Les chercheurs ont finalement constaté que la supplémentation en vitamine D3 pourrait réduire l’incidence de la grippe saisonnière (18 enfants malades du groupe test contre 31 au sein du groupe placebo).

De plus, un effet bénéfique supplémentaire a été observé auprès des enfants asthmatiques. En effet, dans le groupe supplémenté en cholécalciférol, seulement deux enfants ont subi des crises d’asthme, contre douze enfants du groupe placebo.

Quels sont les bienfaits de la vitamine D ? Saviez vous que la vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les lipides).

Comment consommer la vitamine D ?

Les poissons.

Parmi les aliments les plus riches en vitamine D, il y a le poisson, mais pas n’importe lequel.

Premier sur le podium, le saumon. Ça tombe bien, il fait partie des poissons préférés des Français, devant la truite et le cabillaud. Attention toutefois, l’apport en vitamine D est plus important lorsque le saumon est cuit à la vapeur que lorsqu’il est grillé par exemple.

Viennent ensuite le maquereau en conserve, la truite, les sardines à l’huile, le thon frais ou en conserve (privilégier le thon pâle à la teneur en mercure plus faible que le thon blanc), le hareng, l’anguille cuite, les oeufs de poissons en général (comme le caviar si votre portefeuille vous l’autorise), les anchois et les huîtres.

Compléments alimentaires.

Si vous ne souhaitez pas prendre le soleil, manger du poisson ou encore consommer de l’huile de foie de morue, il existe une solution : les compléments alimentaires.

Attention tout de même à bien vous renseigner sur la qualité de ceux-ci. Tous les compléments ne se valent pas.

Le soleil.

Il existe plusieurs types de vitamine D. L’organisme humain est quant à lui capable de produire du cholécalciférol (ou vitamine D3). Cette substance peut être élaborée par la peau, lorsque l’on s’expose au soleil de manière adaptée.

Le cholécalciférol est produit à partir de provitamine D3 (7-déhydrocholestérol). Au contact des rayons ultraviolets UVB, la peau transforme cette provitamine en prévitamine D3. Enfin, sous l’action de la chaleur, cette dernière substance devient de la vitamine D3.

L’accès du cholécalciférol à la circulation sanguine est permis par une protéine qui assure son transport. Elle se nomme DBP (de l’anglais D Binding Protein). À ce stade, la vitamine D3 n’est pas encore active.

Dans un premier temps, elle se dirige vers le foie, ou une première conversion s’opère. Il s’agit maintenant de calcidiol (25-hydroxycholécalciférol ou 25(OH)D). Il faut souligner que c’est cette substance que l’on dose lorsque l’on effectue un prélèvement veineux afin de connaître le taux sérique de vitamine D.

Dans un second et dernier temps, le calcidiol est transféré vers les reins. Il y subit une dernière transformation au cours de laquelle il prend sa forme active, le calcitriol (1,25 dihydroxycholécalciférol).

Divers.

La reine des aliments (ou compléments alimentaires) remarquée par sa riche teneur en vitamine D reste l’huile de foie de morue. Mauvais souvenir d’enfance pour les uns, découverte inestimable pour les autres, l’huile de foie de morue contient 250 microgrammes de vitamine D dans une portion de 100 grammes.

Certes, il faut aimer cette huile qui à un goût assez spécial. Cependant, il est bon de savoir que cette huile est très souvent utilisée dans le cadre des régimes cétogènes.

Vous pouvez aussi consommer du foie de veau (même si les enfants n’en raffolent pas en général), du foie gras, des champignons crus ou cuits.

Il ne faut pas oublier que le champignon est le seul végétal à produire de la vitamine D.

Notez également que le jaune d’œuf cru est une source importante de vitamine D. Privilégiez donc l’œuf au plat, pas trop cuit, plutôt que l’œuf dur.

Les fromages – brie, mozzarella et gruyère aux premières places – permettent aussi des apports non-négligeables. Le lait de vache et les boissons enrichies de soja vous offrent quelques microgrammes quotidiens précieux.

Quels sont les bienfaits de la vitamine D ? Saviez vous que la vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les lipides).

Pour conclure.

Résumé.

La vitamine D :

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les lipides). C’est une hormone retrouvée dans l’alimentation et synthétisée dans l’organisme humain à partir d’un dérivé du cholestérol ou d’ergostérol sous l’action des rayonnements UVB du Soleil.

Les bienfaits de la vitamine D :

  • Régulation du métabolisme.
  • Croissance des os.
  • Maintien de la masse musculaire.
  • Fonctionnement du système nerveux.
  • Maintien d’une coagulation normale.
  • Régulation des hormones.
  • Santé cardiovasculaire.
  • Activation du système immunitaire.

Comment consommer la vitamine D :

  • Les poissons.
  • Compléments alimentaires.
  • Le soleil.
  • Produits laitiers.
  • Le foie.

Aller plus loin.

Avant d’aller plus loin, je souhaite vous demander deux choses.

La première, c’est de nous donner votre avis sur cet article. Il est vraiment important pour nous de les récolter afin d’améliorer nos futurs articles et ainsi améliorer votre expérience utilisateur.

La seconde, afin d’aider le plus grand nombre à connaître quels sont les bienfaits de la vitamine D, je vous invite à partager notre article sur les différents réseaux-sociaux.

Envie d’aller plus loin ?

Recevez gratuitement par e-mail votre guide : 11 étapes pour mettre en place les régimes cétogènes au sein d’un couple ou d’une famille.